16 juillet 2005

Harry Potter ensorcelle montreal

Lancement du 6e tome

Harry Potter ensorcelle Montréal

La folie Harry Potter ne s'essouffle pas. Huit ans après la parution du premier tome, ils étaient nombreux hier à attendre le coup de minuit devant les librairies montréalaises pour tenir entre leurs mains Harry Potter and the Half-Blood Prince.

Quatre heures avant l'ouverture des boîtes contenant le nouveau roman, Shawn Lacourcière patientait en faisant des mots cachés à la librairie Chapters, rue Sainte-Catherine. Il avait revêtu pour l'occasion son déguisement de sorcier, lunettes rondes et baguette magique comprises.

« Quand je lis Harry Potter, j'ai l'impression d'être avec lui, dit le jeune homme de 14 ans. Je vais le lire dès que je le reçois. J'ai même apporté mon signet Harry Potter, réservé pour ces livres. »

Ses parents l'accompagnaient pour l'occasion. Ils ont l'habitude des lancements de Harry Potter. « J'ai lu les livres, j'aime ça, mais pas autant que lui, dit sa mère Jo'Anne. Shawn a appris à tricoter pour se faire un foulard comme celui d'Harry Potter. Il veut aussi se faire un chandail pour assister à la première du prochain film, en novembre. »

Des amateurs de Harry Potter comme Shawn, il y en a beaucoup. Pour la parution du septième tome, plusieurs librairies de Montréal avaient prévu des activités spéciales. Jongleurs, éleveurs de hiboux et de serpents, cours de potion magique: tout était prévu pour assurer une soirée réussie et faire patienter tout le monde.

« Au dernier lancement, la file était immense et ça avait débordé sur Sainte-Catherine. Ça va être très excitant, s'enthousiasmait Sarah, qui travaille à la librairie Indigo, au centre-ville. On attend beaucoup d'enfants, on va les droguer aux bonbons. »

La sortie d'un nouveau livre des aventures d'Harry Potter représente beaucoup de ventes. « C'est sans aucun doute le succès de librairie de l'année, confirme Sorya Ingrid Gaulin, porte-parole des librairies Chapters et Indigo. On a souvent parlé de la popularité monstre du Da Vinci Code, mais en 24 heures, on va vendre plus de copies de Harry Potter que de Da Vinci Code en un an. »

Des jeunes et des moins jeunes

Un des secrets de la popularité d'Harry Potter réside peut-être dans le fait que les amateurs ont grandi avec le sorcier au fil des romans. Hier, les premiers à arriver dans les librairies du centre-ville n'étaient pas si jeunes.

« On n'est pas trop vieilles pour ça, il n'y a pas d'âge pour lire Harry Potter! » dit Dominique Soutières, 18 ans, qui était venue avec ses amies Marie-Pier et Myriam. Toutes trois se promettaient une nuit de lecture. « C'est un monde magique: on s'attache vraiment aux personnages. »

Jacinthe Gagnon, 17 ans, se désole déjà à l'idée que ce septième tome est, si l'on en croit l'auteure, l'avant-dernier. « La fin approche, il en reste juste un après. Ça va être plate. » Vêtue comme une élève du collège Poudlard, elle dit ne pas se sentir trop vieille pour entrer dans le monde imaginaire de Joanne Kathleen Rowling. « J'ai commencé à lire Harry Potter quand j'avais 12 ans. Il a maintenant 16 ans. Il vieillit en même temps que moi. »

Ceux qui souhaitent lire le sixième livre des aventures d'Harry Potter en français devront attendre encore un peu. Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé sera en vente le 1er octobre.


Posté par emeric972 à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Harry Potter ensorcelle montreal

Nouveau commentaire